Pourquoi est-il nécessaire de combattre le culte de la médiocrité ?

Mes chères dames & demoiselles,

Je voudrais aujourd’hui vous faire comprendre l’importance capitale et je dirais même l’urgence de lutter contre le culte ambiant de la médiocrité, non seulement pour votre propre bonheur mais aussi celui des autres. Il va sans dire que ce combat n’est point l’apanage des femmes et concerne donc tout autant les hommes.

Dans notre formidable époque, on met en lumière l’imbécilité et la mauvaise foi, on cherche à ce que la masse abrutie répète tel un perroquet le « prêt-à-penser » que les médias claironnent autoritairement tels des dépositaires garants de la vérité, on introduit de nouveaux mots dans notre langage, souvent anglais, qui appauvrissent notre magnifique langue française et qui par conséquent affaiblissent considérablement notre capacité à raisonner et à penser, on idolâtre la vulgarité et la grossièreté, on nous fait croire qu’aucune valeur n’est supérieure à celle de la liberté, on écoute de la musique qui a plus à voir avec les grognements d’un animal sauvage mêlée au bruit que ferait un enfant tapant sur une casserole, on nous prive de tout ce qui est beau et sain pour nous servir du laid et du nauséabond… et on nous fait croire que c’est précisément cela le beau, le juste, le vrai, le normal, l’acceptable !

Nous sommes attaqués sur tous les fronts : on veut nous priver du beau, du classique, de notre héritage, de nos traditions, de notre identité. Sauf que ce n’est sûrement pas comme cela qu’une société va bien, tant d’un point de vue collectif qu’individuel. C’est exactement comme cela qu’on détruit les individus (et qui dit individus dit aussi famille) tout cela ayant des conséquences sur la santé sociale et économique du pays.

Notre civilisation, notre peuple est en pleine décadence. Il suffit de comparer le passé et le présent, la tradition et la nouveauté ou ce que d’aucuns nomment « le progrès » pour mieux cacher le sens profond de ce concept vicieux : la danse classique versus les danses modernes, la musique classique versus le rap, les films dans lesquels joue Louis de Funès versus les films français actuels, la lecture versus les écrans, la patience versus l’immédiateté, l’effort versus la paresse, l’éloquence des journalistes du passé versus le langage des journalistes actuels (il en va de même avec celle de tout un chacun), l’excellent mobilier français traditionnel (Louis XV, Louis XVI, Louis Philippe, Napoléon III…) versus le mobilier exotique de piètre qualité des grands fabricants que tout le monde connaît, la peinture et la sculpture classiques versus les brouillons (?) qualifiés d’art actuellement, l’architecture classique versus les constructions austères contemporaines, la haute couture des années 40-50 versus la haute couture actuelle, les professeurs d’antan versus les profs (ou simples gardiens d’enfants ?) actuels, l’ouverture d’esprit d’antan et la possibilité de débattre versus le terrorisme intellectuel, l’intimidation et la censure actuels, les tenues vestimentaires des gens par le passé (jusqu’aux années 60-70) versus celles d’aujourd’hui, le savoir-vivre français versus ce qu’il en reste…

Avant de continuer, je souhaiterais dire à toutes les personnes qui se reconnaîtront dans au moins une des définitions de ce qu’est la médiocrité que je ne vous juge pas vous, simplement vos actions car j’ai le droit d’avoir un avis et de dénoncer ce que je trouve injuste et grave, de même il n’est jamais trop tard pour changer. Cela demande simplement un peu de courage, d’honnêteté et une certaine remise en question pour agir par la suite.

On a tous le droit de se tromper, personne n’est parfait. Mais persister consciemment dans ses erreurs par orgueil, pédantisme, supériorité, pour ne pas ressentir d’émotion désagréable est quelque chose d’odieux et de méprisable.

Quand on constate que nous faisons quelque chose de mal ou que nous avons un défaut, on a toujours le choix d’agir, de corriger et si nécessaire de demander pardon.

Vous avez le choix.

Un dernier point avant de passer à la suite, la bienveillance ne consiste pas seulement à être gentil, doux, à l’écoute, compréhensif mais aussi à pointer du doigt ce qui ne va pas, à créer de l’inconfort si cela permet d’engendrer un progrès, quelque chose de bien et à protéger les personnes d’elles-mêmes quand cela est nécessaire. Par exemple, être bienveillant envers un enfant c’est lui interdire de toucher le feu et ne pas se dire qu’au contraire sous prétexte de bienveillance et de liberté individuelle, on ne va rien lui dire, ne rien lui interdire, ne jamais le contrarier. Absurde me direz-vous ? Sauf que c’est exactement comme cela qu’on peut tester la validité d’une idée.

Qu’est-ce donc qu’être médiocre ?

Etre médiocre, c’est prôner et revendiquer des idées auxquelles on a réfléchi brièvement, sans avoir les connaissances nécessaires à la formation d’un avis honnête que l’on peut pleinement justifier.

Etre médiocre, c’est refuser d’expliciter, de justifier ses idées à quelqu’un qui souhaite sincèrement et respectueusement les écouter.

Etre médiocre, c’est donner des leçons et penser qu’on connaît mieux un sujet (qu’on connaît en réalité peu) que quelqu’un qui connaît réellement le sujet et l’a étudié pendant des années.

Etre médiocre, c’est prendre quelqu’un de plus qualifié que soi dans un certain domaine pour un imbécile en ayant pour seul prétexte qu’on a décidé qu’on était plus qualifié que lui.

Etre médiocre, c’est déterminer ses opinions uniquement en fonction de son ressenti personnel, de ses émotions.

C’est juger et/ou coller des étiquettes sans savoir.

C’est être de mauvaise foi et/ou pédant.

C’est faire passer son orgueil avant la recherche de la vérité, l’objectivité, la réalité.

Etre médiocre, c’est critiquer les gens qui ont choisi de ne l’être point parce que c’est le seul moyen qu’on a trouvé pour ne pas se remettre en question et pour ne pas se sentir mal (donc on cherche à ce que ceux qui sont dans le juste, dans la vérité, dans l’honnêteté se sentent mal, ce qui est une attitude des plus détestables).

Etre médiocre, c’est revendiquer ses défauts comme un droit, comme son identité (au lieu de chercher à les corriger) et/ou de considérer ses défauts comme étant des qualités.

Etre médiocre, c’est recracher des choses « prêtes-à-penser » sans réfléchir et/ou sans pouvoir les justifier.

Etre médiocre, c’est refuser de chercher à s’améliorer (sur le long terme, cela s’entend).

C’est faire fi de la réalité et de la nature, les nier.

C’est aussi se vêtir sans penser au respect des autres et de soi.

C’est être grossier et vulgaire. (Pourquoi l’être d’ailleurs ?!)

Etre médiocre, c’est n’en avoir rien à faire du bien commun et ne penser qu’à sa petite personne.

Etre médiocre, c’est n’avoir aucun courage et fuir tout ce qui demande un effort.

C’est se faire plaindre à outrance.

C’est aussi penser sans raison ni logique.

Etre médiocre, c’est s’abrutir devant les écrans, la télévision étant sans doute le pire.

Etre médiocre, c’est n’avoir aucune culture (puisqu’elle est accessible à tous aujourd’hui).

Etre médiocre, c’est décider qu’un concept ou un mot a une connotation bonne ou mauvaise sans y avoir dûment réfléchi.

C’est suivre la majorité sous prétexte que puisque tout le monde fait ou pense ceci, cela est vrai, normal, acceptable, juste, bien.

C’est ne jamais rien remettre en question (y compris ses idées, son comportement, ses actions…)

Etre médiocre, c’est avoir vécu une vie vide de sens où l’on n’a été utile à personne et où l’on n’a rien transmis, rien à transmettre (bien évidemment je ne parle pas que d’héritage matériel ou financier).

Si vous vous êtes reconnu dans l’une des définitions, je préfère largement que vous vous sentiez mal, que vous ressentiez des émotions désagréables car cela vous donne l’opportunité de changer si vous le voulez, ce qui vous rendra nécessairement plus heureux ainsi que ceux qui vous entourent, plutôt que de ne rien dire, de ne pas dénoncer, de ne pas vous pousser à être quelqu’un de meilleur mais aussi de plus heureux sous prétexte qu’il ne faut vexer personne et ne surtout pas créer d’émotion désagréable.

Quels que soient votre âge et votre situation, vous POUVEZ arrêter de participer à ce suicide et rejeter la médiocrité de votre vie ! Puisez votre force dans les personnes qui vous sont chères. Inspirez-vous d’autres personnes qui sont des modèles, il y en a plein, et heureusement pour nous, elles ont souvent écrit des livres ou ont été le sujet d’ouvrages (je pense notamment aux Saints si vous ne savez pas par où commencer, que vous soyez croyant ou non).

Ayez bien conscience d’une chose : certaines personnes très intelligentes et travailleuses savent parfaitement que la masse est complètement abrutie, médiocre, débile et en profite pour la manipuler et la façonner comme bon leur semble. Et laissez-moi vous dire que ce n’est certainement pas dans l’optique du bien commun, ni du bien personnel des individus. C’est tout le contraire.

Il faut bien comprendre qu’être (et rester) médiocre rend les gens malheureux, perdus, faibles et manipulables à souhait.

Une personne malheureuse rend généralement les autres personnes autour d’elle, en particulier sa famille, malheureuses. Qu’en est-il du devoir qu’ont les parents envers leurs enfants ? Ne se doit-on pas, en tant que parents, d’être des modèles pour nos progénitures et d’avoir des choses à leur transmettre (je ne parle là pas que d’héritage matériel bien sûr) ?

Etre médiocre, je le rappelle, est tout à fait incompatible au salut de l’âme. Ce n’est certainement pas en restant médiocre que l’on aura accès au Ciel le jour de notre mort.

La médiocrité rend incapable de construire quoi que ce soit, d’être utile aux autres, d’évaluer de façon honnête et objective quoi que ce soit (ce qui mène au chaos dans la société).

Ne remarquez-vous pas par ailleurs que notre décadence s’illustre dans le fait que beaucoup de gens se comportent de plus en plus de façon animale ? On n’a plus de savoir-vivre à table, au travail, dans l’espace public, on juge et on pense uniquement avec son instinct et ses émotions, on ne réfléchit plus, on suit aveuglément les événements sans être acteur de sa vie, on accepte le désordre et la paresse… Ce fléau crée un chaos dans les moeurs, dans la sphère professionnelle et personnelle d’une quantité colossale d’individus.

Ce n’est pas en ne pensant qu’à vous, en croyant que tout est relatif et que chacun a sa vérité, que la liberté est au-dessus de tout, qu’un monde des bisounours serait la solution, en ne sachant pas qui vous êtes, ce que vous faites et allez faire de votre vie que vous serez heureux et que vous pourrez tirer les autres vers le haut.

C’est en refusant ce culte exécrable de la médiocrité, déguisée et dissimulée sous le mot de soi-disant « progrès » que nous aurons une chance d’être heureux, de nous sauver nous, notre héritage, notre culture, notre patrimoine et d’inciter, d’aider les autres à aller vers le bonheur ; le plus important dans tout cela étant : le salut des âmes.

C’est un cri du coeur que je vous livre ici, aussi, je compte sur vous pour partager cet article s’il vous a plu. Je ferai sans aucun doute une ou plusieurs vidéos sur le sujet sur ma chaîne YouTube.

N’hésitez pas non plus à partager votre point de vue en commentaire.

Bien à vous,

Bérengère.

3 commentaires sur « Pourquoi est-il nécessaire de combattre le culte de la médiocrité ? »

  1. Merci beaucoup pour cet excellent article qui résume précisement cette tendence de la société actuelle!
    Selon mes expériences personelles, j’ai constaté que beaucoup de vendeurs dans les magansins en Allemagne (surtout parmi la jeune génération) ont perdu le sens des bonnes manières: Ils peuvent même crier des insultes aux clients!
    Dans mon lycée, j’ai constaté également la paresse et quelques élèves médiocres se sont même moqués de mon ortographe correct dans les SMS!
    J’apprécie tellement votre blog et vos idées que vous transmettez!
    Je suis aussi catholique (practiquante depuis 2019).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s